Skip to content

Johnson and Johnson Class Action Suit

Version française ci-dessous.

Did Your Baby Powder Give You Ovarian Cancer?

Add your name to the Johnson and Johnson Class Action Suit

Johnson and Johnson is a $435 billion dollar corporation. They can more than afford to make sure that their products are safe.

Johnsons Class ActionYet they chose the path of expediency instead. Their product, Johnson and Johnson talc powder baby powder, has caused an incredible amount of harm to thousands of Canadian women.
Among Canadian Women, Ovarian Cancer is the Most Serious Form of Cancer

Ovarian cancer develops when ovarian cells begin growing uncontrollably, transforming into malignant tumors. Most of these tumors effect the epithelial cells covering the lining of the fallopian tube or ovary. It is the 5th most common form of cancer.

An estimated 3,000 Canadian women will be diagnosed with this cancer every year. An estimated 1,950 will die from it.

 

Innocent usage, deadly results.

Baby powder is commonly used to prevent moisture and reduce friction in sensitive areas in both adults and children.

Johnson and Johnson never warned women about the risks of applying this product to their underwear, tampons, or sanitary napkins. They did not warn them about using it to prevent diaper rash in babies.

 

There is a demonstrable link between epithelial ovarian cancer and Johnson and Johnson baby powder.

As early as 1971, researchers were finding particles of talc “embedded” in ovarian cancer tumors. Harvard Medical School had identified a 92% increased risk between women who used Johnson and Johnson baby powder and the risk of developing ovarian cancer.

Numerous studies have pinpointed risks. The link is proven and known. Reuters reports that J&J went right on “insisting on the safety and purity of its iconic product.” But internal documents examined by the publication revealed that this major corporation even knew that some of their baby powder was tainted with carcinogenic asbestos…and did nothing.

One lawsuit even indicates they specifically marketed the product to Black women in a way that suggests they saw those women as fundamentally disposable.

Baby powder is made from talc, which consists mainly of magnesium, silicon, and oxygen. Talc itself can serve as a carcinogenic substance. It is also often found in mines with asbestos.

Right now, there is a push for a global ban is underway. Johnson and Johnson has already pulled the product from shelves in the United States and Canada, but that’s hardly recompense for the pain and suffering they’ve caused.

 

A Case We Can Win

A trial jury has already ordered Johnson and Johnson to pay $72 million in damages in the United States. That went to the family of a woman whose death from ovarian cancer was linked to her use of talc based baby powder for several decades. Jurors found the company liable for fraud, negligence, and conspiracy for their failure to warn consumers about the increased risk of cancer they faced while using their products.

Other lawsuits in Canada and the United States seeking compensation on behalf of women who are suffering from ovarian cancer as a result of using Johnson and Johnson products are making substantial progress.

There are too many cases to continue pursuing individual personal injury cases. But you can hold Johnson and Johnson accountable. You can send this powerful corporation a message: they do not get to harm Canadian citizens for decades and walk away unscathed. They do not get to cause thousands of deaths and shrug their shoulders. They must pay.

 

Why Merchant Law?

Merchant Law Group, LLP and our representative plaintiffs have been leading the way in Canada in terms of pursuing ovarian cancer compensation against Johnson & Johnson.

Due to Johnson and Johnson recently seeking bankruptcy protection, negotiations are now underway to set up a protocol for compensation for individual Canadians who suffer from Johnson and Johnson-linked ovarian cancer.

You can view the previous court history here:

We have won dozens of high-profile class action cases, and we fight hard to get compensation for all class members who put their trust in us.

Merchant Law Group has 10 offices across Canada, and is well-known for pursuing class action lawsuits in Canada including litigation regarding Winners/HomeSense, Cellular Phone Fees, BCE Dividends, GM Gasket Manifolds, Hip Implants, Lead Paint in Toys (and similar consumer products), Maple Leaf, Celebrex/Bextra, Vioxx, Sony, Residential Schools, and various other cases.

Tony Merchant, Q.C. is known to be one of Canada’s most active litigators with more than 600 reported cases in Caselaw Journals, having argued thousands of cases before the Canadian and American courts, in trial and administrative courts, and the Courts of Appeal of various American and Canadian jurisdictions, the Federal Court of Canada, and the Supreme Court of Canada. Tony Merchant, Q.C., has a long history in pursuing public policy cases and is a former Member of the Legislative Assembly (MLA).

 

Join Our Class Action Case Today

If you wish to be kept informed as to the status of this case and wish to obtain compensation for the harm that has been done to you, then contact us today.

You may use the following methods:

Email us: hderkson@merchantlaw.com

Fill out our contact form below.

Call us toll-free at 1-888-567-7777.

Or call us by telephone at our law offices near you:

Montreal QC: 514.248.7777
Toronto ON: 416.828.7777
Ottawa ON: 613.563.7777
Winnipeg MB: 204.896.7777
Saskatoon SK: 306.653.7777
Regina SK: 306.359.7777
Edmonton AB: 780.474.7777
Calgary AB: 403.225.7777
Kelowna BC: 250.469.7777
Langley BC: 604.535.7777
Vancouver BC: 604.609.7777

 

Please provide answers to the following questions:

  • Do you have epithelial ovarian cancer?
  • Did you use Johnson & Johnson baby powder, and if so, how often?
  • What is your menopausal status? Are you pre or post menopause?
  • Do you use hormone replacement therapy to offset the effects of menopause?
  • How does this impact you? Have you lost income? Has there been an impact on your life and happiness?

The harms that people have suffered as a result of the use of Johnson and Johnson baby powder are significant. The team at Merchant Law regrets that so many Canadian women have been put through so much pain and suffering. We will do everything in our power to make sure you get a share of the compensation that will be made available.

 


Version française:

Votre poudre pour bébé vous a-t-elle donné le cancer de l’ovaire ?

Ajoutez votre nom au recours collectif Johnson and Johnson

Johnson and Johnson est une société de 435 milliards de dollars. Ils peuvent plus que se permettre de s’assurer que leurs produits sont sûrs.

Pourtant, ils ont plutôt choisi la voie de l’opportunisme. Leur produit, le talc en poudre pour bébé Johnson and Johnson, a causé des torts incroyables à des milliers de Canadiennes.

Chez les Canadiennes, le cancer de l’ovaire est la forme de cancer la plus grave.

Le cancer de l’ovaire se développe lorsque les cellules ovariennes commencent à se développer de manière incontrôlable, se transformant en tumeurs malignes. La plupart de ces tumeurs affectent les cellules épithéliales recouvrant la muqueuse de la trompe de Fallope ou de l’ovaire. C’est la 5e forme de cancer la plus courante.

On estime que 3 000 Canadiennes recevront un diagnostic de ce cancer chaque année. On estime que 1 950 en mourront.

Utilisation innocente, résultats mortels.

La poudre pour bébé est couramment utilisée pour prévenir l’humidité et réduire la friction dans les zones sensibles chez les adultes et les enfants.

Johnson and Johnson n’a jamais averti les femmes des risques liés à l’application de ce produit sur leurs sous-vêtements, tampons ou serviettes hygiéniques. Ils ne les ont pas avertis de son utilisation pour prévenir l’érythème fessier chez les bébés.

Il existe un lien démontrable entre le cancer épithélial de l’ovaire et la poudre pour bébé Johnson and Johnson.

Dès 1971, les chercheurs ont découvert des particules de talc “incrustées” dans les tumeurs cancéreuses de l’ovaire. La Harvard Medical School avait identifié un risque accru de 92% entre les femmes qui utilisaient de la poudre pour bébé Johnson and Johnson et le risque de développer un cancer de l’ovaire.

De nombreuses études ont identifié les risques. Le lien est avéré et connu. Reuters rapporte que J&J a continué à “insister sur la sécurité et la pureté de son produit emblématique”. Mais des documents internes examinés par la publication ont révélé que cette grande entreprise savait même qu’une partie de sa poudre pour bébé était contaminée par de l’amiante cancérigène… et n’a rien fait.

Un procès indique même qu’ils ont spécifiquement commercialisé le produit auprès des femmes noires d’une manière qui suggère qu’ils considéraient ces femmes comme fondamentalement jetables.

La poudre pour bébé est fabriquée à partir de talc, composé principalement de magnésium, de silicium et d’oxygène. Le talc lui-même peut servir de substance cancérigène. On le trouve aussi souvent dans les mines contenant de l’amiante.

À l’heure actuelle, il y a une pression pour une interdiction mondiale est en cours. Johnson and Johnson a déjà retiré le produit des étagères aux États-Unis et au Canada, mais ce n’est guère une récompense pour la douleur et la souffrance qu’ils ont causées.

Une affaire que nous pouvons gagner

Un jury de première instance a déjà condamné Johnso et Johnson à payer 72 millions de dollars de dommages et intérêts aux États-Unis. Cela est allé à la famille d’une femme dont la mort d’un cancer de l’ovaire était liée à son utilisation de poudre pour bébé à base de talc pendant plusieurs décennies. Les jurés ont déclaré la société responsable de fraude, de négligence et de complot pour son incapacité à avertir les consommateurs du risque accru de cancer auquel ils étaient confrontés lors de l’utilisation de leurs produits.

D’autres poursuites au Canada et aux États-Unis visant à obtenir une indemnisation au nom de femmes atteintes d’un cancer de l’ovaire à la suite de l’utilisation de produits Johnson and Johnson progressent considérablement.

Il y a trop de cas pour continuer à poursuivre des cas individuels de blessures corporelles. Mais vous pouvez tenir Johnson et Johnson responsables. Vous pouvez envoyer un message à cette puissante société : ils ne font pas de mal aux citoyens canadiens pendant des décennies et s’en sortent indemnes. Ils n’arrivent pas à causer des milliers de morts et à hausser les épaules. Ils doivent payer.

Pourquoi choisir Merchant Law ?

Merchant Law Group, LLP et nos représentants des plaignants ont ouvert la voie au Canada en termes de poursuites contre Johnson & Johnson en matière d’indemnisation du cancer de l’ovaire.

Étant donné que Johnson and Johnson a récemment demandé la protection contre la faillite, des négociations sont en cours pour établir un protocole d’indemnisation pour les Canadiens qui souffrent d’un cancer de l’ovaire lié à Johnson et Johnson.

Vous pouvez consulter l’historique des tribunaux ici :

Nous avons remporté des dizaines de recours collectifs très médiatisés et nous nous battons dur pour obtenir une indemnisation pour tous les membres du groupe qui nous font confiance.

Merchant Law Group compte 10 bureaux à travers le Canada et est bien connu pour ses recours collectifs au Canada, y compris les litiges concernant Winners / HomeSense, les frais de téléphone cellulaire, les dividendes BCE, les collecteurs de joints GM, les implants de hanche, la peinture au plomb dans les jouets (et autres produits de consommation similaires). produits), Maple Leaf, Celebrex/Bextra, Vioxx, Sony, pensionnats et divers autres cas.

Tony Merchant, Q.C., est connu pour être l’un des plaideurs les plus actifs au Canada avec plus de 600 cas rapportés dans les revues de jurisprudence, ayant plaidé des milliers de cas devant les tribunaux canadiens et américains, devant les tribunaux de première instance et administratifs, et les cours d’appel de diverses juridictions américaines et canadiennes, la Cour fédérale du Canada et la Cour suprême du Canada. Tony Merchant, Q.C., a une longue histoire dans la poursuite d’affaires de politique publique et est un ancien député de l’Assemblée législative (MLA).
Joignez-vous à notre recours collectif aujourd’hui

Si vous souhaitez être tenu informé de l’état d’avancement de cette affaire et souhaitez obtenir réparation du préjudice qui vous a été causé, contactez-nous dès aujourd’hui.

Vous pouvez utiliser les méthodes suivantes :

Envoyez-nous un e-mail : hderkson@merchantlaw.com

Remplissez notre formulaire de contact ci-dessous.Appelez-nous par téléphone sans frais au 1-888-567-7777.

Ou appelez-nous par téléphone à nos cabinets d’avocats près de chez vous :

Montréal QC : 514.248.7777
Toronto ON : 416.828.7777
Ottawa ON : 613.563.7777
Winnipeg MB : 204.896.7777
Saskatoon SK : 306.653.7777
Régina SK : 306.359.7777
Edmonton AB : 780.474.7777
Calgary AB : 403.225.7777
Kelowna C-B : 250.469.7777
Langley C-B : 604.535.7777
Vancouver C-B : 604.609.7777

Veuillez répondre aux questions suivantes :

  • Avez-vous un cancer épithélial de l’ovaire?
  • Avez-vous utilisé de la poudre pour bébé Johnson & Johnson, et si oui, à quelle fréquence ?
  • Quel est votre statut ménopausique ? Êtes-vous pré ou post ménopause ?
  • Utilisez-vous un traitement hormonal substitutif pour compenser les effets de la ménopause ?
  • Comment cela vous affecte-t-il ? Avez-vous perdu des revenus ? Y a-t-il eu un impact sur votre vie et votre bonheur ?

Les préjudices subis par les personnes à la suite de l’utilisation de la poudre pour bébé Johnson and Johnson sont importants. L’équipe de Merchant Law regrette que tant de Canadiennes aient enduré tant de douleur et de souffrance. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour vous assurer d’obtenir une part de l’indemnisation qui sera mise à votre disposition.

    Please note: The information provided on this website is Not Legal Advice. The information may or may not be accurate. The information is for discussion purposes only. Reliance upon any information provided would not be grounds to advance a claim against Merchant Law for providing any advice. In order to get a formal legal opinion upon which you may rely about any specific fact scenario, you would have to first retain the services of a lawyer and request a formal legal opinion.